Le droit à l’alimentation

(A short explanation of the right to food in French. For English, check out this page.)

Les droits de l’homme, en particulier le droit à l’alimentation, sont de plus en plus important dans la lutte contre la faim mondiale. Pourtant, dans les débats à l’égard de la justice alimentaire, on ne parle souvent ni du droit à l’alimentation ni des droits de l’homme. Souvent, les droits de l’homme sont considérés comme le domaine des juristes, et pas celui des citoyens. Mais il faut changer cette perception, parce que, au mieux, le droit à l’alimentation peut améliorer la sécurité alimentaire.

Le droit à l’alimentation n’est pas le droit à recevoir toujours la nourriture gratuit, mais le droit à avoir accès à l’alimentation, soit parce qu’on peut cultiver les produits soi-même, soit parce qu’on peut trouver un travail, gagner de l’argent, et acheter de la nourriture. Le droit international dit que le droit à l’alimentation est réalisé quand chaque homme, femme, et enfant peuvent accéder à l’alimentation, dans le sens physique et le sens économique, tout le temps. En plus, il faut que l’alimentation soit acceptable – elle ne peut pas être de très mauvaise qualité. Donc, le droit à l’alimentation implique aussi les ressources naturelles, par exemple la terre, l’eau, et les semences.

Le droit à l’alimentation est un droit de l’homme, c’est à dire qu’il a été créé par la communauté internationale et consacré dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Les Etats qui avaient ratifié le Pacte ont des obligations en ce qui concerne le droit à l’alimentation. Il existe trois obligations importantes: les gouvernements doivent respecter, protéger, et essayer de réaliser le droit. Pour respecter le droit à l’alimentation, le gouvernement ne peut pas empêcher l’accès actuel des gens à la nourriture. Pour protéger le droit à l’alimentation, le gouvernement est obligé d’arrêter les tierces personnes qui veulent empêcher l’accès à l’alimentation. Et pour réaliser le droit à l’alimentation, le gouvernement doit faire des efforts pour améliorer les capacités des gens de produire ou d’acheter la nourriture. D’ailleurs, dans les situations extrêmes où les gens ne peuvent pas cultiver ni acheter la nourriture – par exemple, dans les guerres, ou quand ils sont détenus – le gouvernement doit attribuer directement la nourriture aux gens.

Les obligations des gouvernements par rapport au droit à l’alimentation aident à créer la comptabilité. Premièrement, nous pouvons mesurer les actions des gouvernements envers leurs obligations. En plus, il y a encore des forums internationaux où les citoyens peuvent demander leurs droits ou commencer les enquêtes. Enfin, il y a de plus en plus de cours nationales qui considèrent le droit à l’alimentation quand ils rendent leurs décisions.

Jusqu’à maintenant, le droit à l’alimentation n’a pas éradiqué la faim, mais il a aidé à améliorer un peu la situation mondiale. Espérons que le droit continue d’aider dans la lutte contre la faim, en créant des obligations gouvernementales et en donnant les droits aux citoyens dans le monde entier.

Comments are closed.